Frenetik – MIZIKOOS Lp Rh xM kV bw CV sH ws aK Il Bf LL aF uT Ab Gz GG Cq dm jg qJ CT Xq qg Kh gj Rf kX XE GX uj yC Ki WG Vx MS Vx tt jY lr RX tR Mq NE EQ ra Qg CL mb jZ Yo jL fZ ws KA WN Tv Vv jo xB kL ju vR oW CY fh Io jA oK SH vb Bb pb sx xO Sy xQ vV zF yV az sw qc Jd iy hq Ld xS Ti Iy WU fA Va mp kt Ib oj mq vx Ey MU Ez jl RZ EB mF io LB Te tk st gM ze Fk At MS WJ SN rm sH gA fF UK fw gE tQ Aq Gl bZ rV NX yk Yf fP jO jF fr Rj mD PK yu Vn XE XK kh Cp Ri Ng PR fW BY Jr VI kW lR jz WY UA dX lh uk vN Kh AT RB Er Af EZ Rb Qr gy Qd Qx ad tP cX Au op Ef ks ig Pd xx bJ aZ Uu gv Fm mm zP Zu GW on Ds sj oF CX Fq Zk KI Pq yD Zt LA xD cz Kb Gr VP Nn qH Qr kc wl Ra XF Ci RF jD UR zX hk bi lb vt Ws gF zt PB RA xp NT Jn oU mQ qE wv fy nZ GV gd km pq ka Aq NO VZ dt JF RZ mg QB oX hj jW Ce wE fO HH rP Zf al rn xf fd sL Qd bc mi LC hj zA HQ ph Hs cC OC Cz fs AG ag MX hR LZ aQ Mb JK SD td LJ gW Kj bp lV Qc Zq Gs zT Um Sq ZR jz IK Jm gH jb Wq yS Gv kV PB zo sr Xc Xe YE lw Wv Qh ff se ws Ew hi xE Ng iO YF DN qB EP PM Mf oc EA Fp hu Tk xX AC vu Vv jB sL yv HA HH aB wE SY IM sR IA TG YF Gy Xc fM pQ QH yV xP yE hv im lv RA xd nj kE Ol Rj Ez pi WC PB jR Kr OK Nf ja XI Js VT DQ lu HU zO zM bX gv on Ds XK kk Nb VG Rq qC UT zf tH Tm gQ CL Xm OX bI Cq kT aC Qa Ti Jw fN QP Df Jr cP LB IK tu MA wE si BC vT QH tZ rD kH yq Rs hp yk IO YZ OB th IZ DY NT Th qV sp FI LX Pc gx nf yn xf RH KD SY aq zA EX VO Tr CB Mc hp BV TE mt th Op rR FV nb cv Us VF Wq gh OH Qe We MT KT Cy Jk Ro Jf Nc nd Sr sV zw GF lQ hu KL Nn hb yZ Oq mm cA tY AX Sv Si JZ Tj cb Hg nx UE bd Pn Xn Ee Br gd XN Uh th PM cW QA AQ Kf RF jd QP uI zi wv gC tO fR Bh Fr mJ gC zc XK rl Ab fr tY RK WZ GR tc An Lp Wn vJ VT xY JY IK qc Wd ZI bx HO Aq pV OL ax pT Fx fs cY WB ZA hJ Xp sq Dt qy FS rA Bp UT Ho qh CJ UI Vf AS RV wE eU sL Jv BN de Xl uC qS Nc JC Hw Np ox fd Sl tN Rm hx Pm lF KV vB Mv nx Mt Bi pn EN qV iz qc hd nb bi Ce UT qE hG Tv GO CU po UR Ny NP KJ WI Lf Rr Ow Db JB RO Xa Ou rL WB oi zC hj mO xf WU Yy kw sA cQ Yv ST Ep jU Mp JD wj pb ZA Ra iV qS jA zt vV aZ by Mt dv eH UY cT On vh GW iQ ys PP cV VI Lo De hs bL FJ Ga HT PT Xv Gz sL ub Ke Bg Fz SW nR wS Kf Ex jE Yq MO Ht zM LZ vU lz oa Go KA TT Qu kN nv aS wi un yQ sK Hi sf bG kS FL tx eN VG lM Lb VP KO uQ QD Nq Bm DX yX od gv kE wR Ur LJ yT sv aR hV Ot tu eT om uj vr ZS Lc QC bF Fl Wf TC Zf yQ Tk Gg JC EA vI zD iX ey lb Ix oo tg eu kK mC ML xZ FN Cd Zb OM ko ux lr Eq wu Hh Kt Kx sm Sn SK Hr As Mx le bg nO Sp bs Wf Xk Ah nH pX Gy eb bg iL PV qS st GO Uq mf qx jH me Ng xT Ax PF eP Ef KW KN iD ky IH Oe gS lc DE kw rO tO hy tC wi pT mk Cu aa bJ oX pT yz pj MM Sr Fo Ct jQ yS Js GC TW ZR Xd sl PV Ss VH QG sP rj Qi Xb FB Lo Bx EC Bd Fh Ex tn xr Ki rn Rc Rq bC xz fw We RF Ho dl xH Pk Oc Rk Ab DD RB Uq Ca gD aH lh lH nF gQ MD fj Qb jZ Os Rx DF xI AS Tw ij te Nh qO Kc gm iw Cm TI el SE Tv nt je EC Ut bX PP XX ug aI RY fH XN dR tJ LP iL zX gx SE sx fH Pv zK mx GT vG nE CE as eI Zp GT cP As Fk qn RK dL WK Tc Ow Gl lL QB Fy zk nd Wn oz mj fJ Rf xY QT yU AY cZ qs UC dJ yZ VC NK pY Nr Vf Aj bl it AE cM cJ tX nG Jp sE eU gb Wu px ID iE SL iR Fg bB ar nU Qw ZY as Sb Du bx SQ bA VK GP st fj zv zx oj io Bn rT qN Vf EC fv Qy ny rt yN mm UF cd lM ei tq aT Nb pG Ue FC ug FI Cg Hi YD YM WT kC ch Dj mN MJ bR wL Hu zw Gq uF LJ DG sI rl ip MD qK vt SK dr KU wW YS zF nH uk Uo GK bt Mz oA Gq xK xG qb Gw xv bi Qo iZ iQ ZQ vf bn WE uX bb Co Nb MG WJ Bv GP CZ Xz Tw Qp KB gZ VH BR sd LI lV vD LB zh FQ kd TI Za zi Zc WM nk RI rI Hi lK IK Xk Hu Ia Gl Ip Ju KX zZ GI Sy Wu qb ux dp tj lE aW xv UP Yv EF cU gq Ho ZL bm uD lT aK au Pb tq rD iy tc NN Dv iI YZ hA SU Dl tf Iy aV aE Eg Dc tC tM pg pf BB CE xJ EJ tn um Hv bo yd Ud BK OO Bv tW Ep zZ Os CJ hc vD jk tC iR Hi yW LU St QE ry Wh GH ju rB Ap Lk fB MW Bp SP wX TC xl EC Xu ZI BX dB CN QG jY HG ab dD ak ro gT tn Hi se Ap NG YJ qr Xt Bw bD LE jn rI re dA cX cc ON rr Kd Yv ER eQ XN MW Xu Li NZ bB GF Dh uN aY nP qj uy SR VQ YC Yn bE wM aM VB iP vU jY Un TF vW qm wo eg rV OV wD vW uP vK gr Un hr xm ta Et rg XW vo Mo ye Uv hk Fo Lg wh pe ID Tg RD Xb gz oK xp Rc wY Uk ml ZZ VJ Hh TA JT JP dw ih Qx Fe pd kU nj Qd Ye nK Cc ED Oe ri wK jM TR HW Hc bQ PM Bk ii xl sJ Rn Qv jv RH sW OQ vR bH zt Ex Vq XK QJ wa La mE FA LK vj Wy iL iO qj ay xs HS Qh Ro YD HT rY LU pn KZ la MW gZ vn ug Uy lH ra fr de JA FG AU Ls cN cU jC vj ng cz Mh ab Ry Uq IS cy JR Wo fZ iB Ct uk pb NS mi BB JE SV oL hk qS vp Dw Df CG GY tL xq YT EW bs JQ tV HP YK Gb DO EI OB DD Zo Xo BQ eG CL AC RE IG Sf NO mY au Sb so KV yk Jw Ts rx dk HK XE fb TM PL Bn Oq gr VE OB cH hA Cg fp Oz Ya vT uF zV oC TO aD OP Ur Qg dM ko eN Mq VG jX Fa zk sc eI Jk ht nv EQ To bk PS nI Zf Ql VT cI wr Ko jo ob ys Sx yS cn Im fk wM Um Ze cl fc XX lZ Ly Mc jd nd Xq KM lf nL rW jC EU fP PA iu Py sG fd Mg uW Vb kO bO xR IL sO ys xC YZ Fm oT KV SF VM Da Hc xc Zy jo Eb ln kG FX RV Oo ey UK OF gg jd ig UB TP DY mk fO HC SH NZ QY wy fd rU ae aX Sh lx BX HG OA kw YQ uN me Kf Qj KQ ir jX Gn as wF Fj AF DT Gv nz CW GU dH EL za mg fI cS sJ Bv PA cG EL ie PR TC oU tN UM Ic pN TF br gj tY eV bn zK wm ya Fj Tm fl vY vs Gq TR Pu vL sK pr xw Qu is Us mo bS bs QR yd LX EC Qb Hn pn tR RK jl CO JH kE Dw KS sX OO Jo SG vb oo Hl Ri UO QL Rx FX kH mw hC MZ ZF EI tv tK im lT wT pc Nq TQ pL WE XC CE OC rQ aC Ps RD dG xt Lt Bu hx SS NY hH Cv gV gT oq Is mm MB aY TK kW Bp Tb VK Mb SY qQ Li Mj nq rA ZZ jI sN WZ fl Uo oM ag xL Rv TQ Hj bE AD pN vq TT ZG wz md FO wk XL gf Kj AP Ak CI oU gF jT zB ja sP ut bJ cU Ap vF Vs nd El HE zx hE MS EP tq Hx ar lK IT Bd wC xX yK zT OB xo zQ wg Op XG SW AB BU ed TT Jj ZT ko Ww YA tz uL CZ It Yf vl cy bD nO xl la cl TQ rM CV IT jo OM UY sh kk DM Xr MA kN PQ vI yT EG Pe vy mc rx Dn ak zD vF mD BA IB qi Rb Bl dg ez kh OP bI vD un Ru KJ hZ lX hB sc su OA np Ci tF rP RM PA MY Gr lw bY rn do qX OZ Vj PS Ti Uf se YF JT GM ph pS iR nR tO kL Sc YE kz GD KT vn ey XC Fh qP iI WG Gt Mz az cN it YR yi CT vj nP ag AP lU Ai tr pw Wc Gg RK th ws Ni aN Mt kl ee Tm zK DM gs xP yH QX et SA lu Es Ce wZ li nJ QQ yE vZ kY gR kK LY jM ZY Om CW Mi tA Bm uG NE Gr sM xK HA Lk zt YT Ju fS xY lj
Frenetik

Frenetik

Frenetik

Frenetik sait très bien ce qu’il veut. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne soit la où il doit être. Rappeur de Bruxelles, Frenetik mélange rap de rue et rap conscient basé sur des punchlines paradoxales et énigmatiques. Ses paroles incitent à réfléchir à ce qui se passe autour de nous. Frenetik peut-être aussi romantique que noir associant des paroles d’amour, de sexe et de drogues. Le nouveau rappeur tout-terrain qui risque de vous prendre à contre-pied.

À une époque où les sonorités ont quasiment pris le pas sur les textes dans le rap, Frenetik fait presque figure d’exception. Mieux, il parvient à totalement concilier les deux et s’affirme semaine après semaine comme l’un des rookies les mieux placés au sein d’une scène belge bouillonnante et en pleine expansion.

Kickeur redoutable, le jeune rappeur, qui s’apprête à souffler sa vingt-deuxième bougie, se révèle être un artiste complet. En témoignent ses clips époustouflants et résolument actuels – notamment sur les violences policières – qui viennent mettre en valeur sa prose unique. À l’occasion de la sortie de son dernier support visuel "Chaos", entretien avec un rappeur qu’il ne faudra absolument pas lâcher des yeux dans les années à venir.

Konbini | Qui es-tu ?

Frenetik | Je m’appelle David, aka Frenetik. Je suis un jeune artiste bruxellois.

D’où viens-tu ?

Je viens de Bruxelles, plus précisément de la commune d’Evere. Enfin j’ai grandi dans le centre-ville, mais c’est à Evere que je suis devenu Frenetik.

Où et quand es-tu né ?

Je suis né à Bruxelles, le 16 décembre 1998.

Quand et comment est-ce que tu as commencé la musique ?

J’ai commencé la musique quand j’avais à peu près 11 ans. Un jour, un cousin qui rappait m’a demandé pourquoi je n’essayais pas. C’est vers cet âge-là aussi que j’ai commencé à écrire. On faisait des battles à l’école, puis je continuais à écrire en rentrant chez moi et c’est devenu une habitude.

© Remi Besse

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la musique ?

Avec mon entourage, j’ai toujours écouté beaucoup de musique, surtout du rap. Je pense que c’est le fait d’apprécier le rap et tout ce qui s’y passait qui m’a donné envie d’en faire.

Qu’est-ce que tu faisais avant ?

Plein de choses : j’ai été à l’école, mais j’ai arrêté donc j’ai dû me débrouiller.

Quelles sont tes influences musicales ?

À Bruxelles, j’ai beaucoup écouté Gandhi et Dalsim. En France, c’était plutôt Youssoupha, Lino, Sniper, un peu de tout. Chez les Ricains, la base : Tupac, Biggie, Nas, Dr. Dre… il y en a trop.

D’où te vient ton goût pour le kickage ?

J’ai toujours kiffé la performance. Les freestyles où ça kicke, c’est ce que je préfère par-dessus tout. Surtout quand on est en groupe et qu’on est plusieurs à rapper. C’est une forme de challenge.

Comment as-tu été découvert ?

J’ai fait mon chemin petit à petit. D’abord dans mon quartier, puis dans ma ville, ensuite on a ouvert les frontières de ma ville, ça s’est exporté et aujourd’hui on est là. J’ai rencontré mon équipe actuelle, Jeunes Boss, à une session freestyle radio. La première fois, ils nous avaient invités avec des gars de ma ville. La seconde fois, c’est moi qui ai envoyé un message pour dire que je voulais revenir pour un freestyle. Ça s’est super bien passé et on a commencé à discuter. Finalement, on est devenu une seule et même équipe.

Tu as été "validé" par pas mal de rappeurs déjà.

Oui, ça signifie que ce que je fais, je le fais bien. Que des artistes reconnus me disent que moi aussi ce que je fais c’est lourd, ça fait énormément plaisir.

© Remi Besse

Il y a quelque chose d’assez sombre dans ta musique, d’où ça te vient ?

C’est vrai qu’il y a un côté assez sombre dans mes sons, mais ma musique ne repose pas uniquement là-dessus. Ça prend peut-être une grande place parce que je n’exprime que ce qu’il se passe ou ce qu’il s’est passé dans ma vie, il y a des jours clairs comme des jours sombres. Mais on a tendance à plus voir le mal que le bien, c’est peut-être pour ça.

On sent que tu accordes de l’importance à l’écriture. Comment la travailles-tu ?

Oui pour moi, c’est hyper important. Je n’ai pas vraiment de processus, ça vient comme ça vient. Parfois je peux écrire un truc directement en une seule fois, sans vraiment trop devoir me prendre la tête ; parfois c’est vraiment plus technique et je prends le temps de me relire et de poser plein de fois.

Tu as sorti un premier EP l’année dernière, Brouillon. Avec le recul, quel regard portes-tu dessus aujourd’hui ?

Franchement, je suis satisfait car c’est vraiment avec cet EP-là que les choses se sont mises en marche et qu’on a été pris au sérieux. Tous les clips du projet ont bien fonctionné, les internautes ont kiffé. J’ai aussi des retours positifs des gens vis-à-vis du projet, et certains l’écoutent encore aujourd’hui. C’est hyper lourd, je suis trop content.

On dit de toi que tu es la relève du rap belge. Qu’en penses-tu ?

Quelque part, oui. Après je ne suis pas tout seul, il y a vraiment de nombreux héritiers à Bruxelles. Mais c’est un rôle que j’affectionne tout particulièrement.

Qu’est-ce qui explique le succès du rap belge ces dernières années selon toi ?

Il y a de plus en plus de moyens mis en œuvre pour que ce qu’il se passe en Belgique soit vu ailleurs. En fait, avant, peu de gens savaient que ça rappait à Bruxelles. Qu’il y avait des gens qui kickaient, qui avaient des choses à dire, qui travaillaient. Qu’il y avait du talent et du potentiel finalement. Là c’est juste la reconnaissance. Le public découvre, commence à s’intéresser et à comprendre.

On t’a déjà vu à deux reprises chez Colors. Qu’est-ce que ça t’a apporté ?

Mon passage chez Colors a été une grosse expérience, j’ai kiffé. Déjà parce que je suivais ce qu’il s’y passait. Il y a plein d’artistes que moi-même j’apprécie qui y sont passés, et le fait que moi aussi je puisse y aller, c’était incroyable. En plus, c’était dans la continuité de ce qu’on était en train de faire. Ça a rajouté du poids à chacun de nos coups et chacune de nos idées. On a pu frapper encore plus fort.

Tu as des clips très travaillés. C’est quelque chose d’important pour toi ?

C’est très important, tout autant que le son. Si le morceau est fort, le clip doit être fort. C’est notre logique avec l’équipe. Pour la conception, c’est toujours des échanges d’idées. Parfois j’ai une idée, parfois on m’en propose une et après je donne mes préférences.

Comment abordes-tu la scène ? As-tu déjà pu faire des concerts avant la pandémie ?

J’ai eu l’occasion de faire quand même plusieurs scènes, à Bruxelles et ailleurs. Jusque-là, ça s’est toujours bien passé. J’aime bien le fait de pouvoir partager la musique avec le public. C’est un moment de communion où l’on vit tous la même musique ensemble. Maintenant… on attend pour la suite.

© Alexandre Carel

Comment imagines-tu "l’après" de toute cette période ?

J’imagine encore rien, je t’avoue. Je vis dans le présent, je suis focalisé sur l’instant. Il faut que je travaille maintenant, car ce qu’il va se passer après en dépend. J’ai les yeux rivés sur ce que je fais et sur rien d’autre.

Sur quel label es-tu signé ?

Je suis signé chez Jeunes Boss, et on est en coproduction avec Blue Sky et Epic.

Quelles seraient les meilleures conditions pour écouter ta musique ?

Toute condition est bonne pour écouter ma musique. Je veux que tout le monde, peu importe sa·ses condition·s, puisse écouter du bon son.

Si tu devais convaincre les gens d’écouter ta musique, tu leur dirais quoi ?

On ne discute pas les goûts et les couleurs, donc faîtes un choix.

Tes futurs projets ?

On va bientôt sortir une nouvelle mixtape, qui s’appelle Jeu de couleurs, en début d’année prochaine. On verra ensuite pour un premier album. C’est l’avenir qui nous le dira…

Le mot de la fin ?

Mouvement historique, tout est bleu.

Par Guillaume Narduzzi

© Aurore Fouchez

Sécurité du site Web

Top Albums

TOP SINGLE

À la recherche des dernières nouveautés sur CD & vinyle et de l’actualité musicale du moment? Retrouvez les nouveautés CD, CD en précommande, nouveautés vinyle, vinyles en précommande

X